Comment les clubs de rugby vont essayer de remplir les stades ?

Ces dernières années, les matchs de rugby n’attirent plus grand monde. D’ailleurs, le nombre moyen de spectateurs a stagné. De plus, les recettes liées à la billetterie ont connu une diminution. Cependant, deux clubs du Top 14, la Rochelle et Clermont, ont trouvé des moyens pour faire venir les spectateurs aux matchs.

D’après le rapport de la DNACG, une perte de 10 millions d’euros a été enregistrée depuis près de 4 ans. Depuis le début de la saison, cette baisse a une fois de plus été confirmée. Une baisse de 5 % des recettes de billetterie a été affichée cette saison.

Ci-dessous une vidéo montrant cette transformation :

Les clubs en difficulté

Malgré l’Euro 2016 organisée en France, les clubs français auraient pu profiter de cet événement pour augmenter leur revenu. Ceci n’a malheureusement pas été le cas. Lors de la saison 2015-2016, les clubs affichaient une moyenne de près de 13 700 spectateurs. Désormais, il est seulement de 13 000 spectateurs environ.

Dans certains stades, le nombre de spectateurs est largement inférieur. D’ailleurs, on peut parfaitement voir cela à la télé lors de la diffusion des matchs. On remarque en effet de nombreuses sièges vides, voir désertes.

Comment évoluer ?

Les clubs ont apporté certaines améliorations dans les services proposés. A l’exemple de Pau qui a proposé un service de restauration. L’intégration de « Matmut » à Lyon a permis de transformer le stade en un véritable lieu de vie pour les spectateurs. Des moyens qui peuvent aider les clubs à gérer des revenus supplémentaires. Pour le cas de la Rochelle et de Clermont, les spectateurs découvriront des repas abordables.

La marchandisation des stades est une étape essentielle pour le rugby français afin de les remplir. D’ailleurs, les hauts responsables de ce championnat sont conscients du potentiel de ce système. Tous les clubs devront adopter ces transformations.